Vos questions fréquentes - Nos réponses

Comprendre ma retraite

Pourquoi me renseigner sur la retraite ?

Parce que le besoin d’information sur la retraite diffère en fonction de l’âge atteint, les régimes de retraite obligatoire proposent des dispositifs d’information adaptés à chaque génération.

L’Entretien Information Retraite permet notamment à tout assuré de 45 ans et plus de faire le point, gratuitement, sur sa future retraite avec un conseiller.

A quel moment me rendre en CICAS ?

Les CICAS (Centre d’Information de Conseil et d’Accueil des Salariés) forment un réseau dédié à l’accueil des salariés, commun aux caisses de retraite complémentaires Agirc, Arrco et Ircantec. Ils assurent deux missions :

  • Informer les personnes proches de l’âge de la retraite sur leurs droits à la retraite complémentaire (mettre un lien vers l’article « comment se constitue ma retraite complémentaire ») Agirc, Arrco et Ircantec.
  • Constituer des dossiers d’évaluation et de liquidation de la retraite complémentaire (mettre un lien vers l’article « demander ma retraite »).

Il est donc important de contacter un CICAS dans les 6 mois avant la date à laquelle vous souhaitez partir à la retraite.

Depuis fin 2012, les CICAS reçoivent également les salariés de 45 ans et plus qui souhaitent faire un premier bilan de leur carrière professionnelle sans attendre l’âge de la retraite.

Il existe un CICAS par département et 5 sur Paris. Les CICAS reçoivent exclusivement sur rendez-vous et après un premier entretien téléphonique destiné à préparer le dossier.

Comment se constitue ma retraite ?

En France, le système des retraites obligatoires est composé de deux étages :

  • Pour votre retraite de base : vous cotisez, comme tous les salariés du secteur privé, à la sécurité sociale qui comptabilise des trimestres d’assurance
  • Pour votre retraite complémentaire : vous cotisez à l'Arrco, ainsi qu’à l'Agirc si vous êtes cadre. Ces cotisations sont transformées en points de retraite qui viennent alimenter un compte de points.

Si vous avez exercé une activité non salariée ou si vous avez travaillé dans le secteur public, vous avez également cotisé à d’autres régimes de retraite (MSA, IRCANTEC, RSI, etc.).

En France, le système de retraite repose sur le principe de la répartition et de la solidarité entre les générations : les cotisations versées aujourd’hui par les salariés et les entreprises permettent de payer les pensions des retraités actuels, et ouvrent en contrepartie des droits à retraite pour les retraités futurs. Pour que chacun bénéficie de cette solidarité entre générations et entre professions, cotiser est obligatoire. Cette obligation apporte la garantie que les salariés d’aujourd’hui percevront une retraite demain.

Chaque mois, des cotisations pour la retraite complémentaire Arrco (et éventuellement Agirc si vous êtes cadre) sont prélevées sur votre salaire. L’entreprise se charge de verser aux caisses de retraite à la fois la part salariale (40%) et la part patronale (60%) des cotisations. Ces cotisations permettent de cumuler des points de retraite Arrco et / ou Agirc (mettre un lien vers l’article « comment sont calculés mes points retraite complémentaire ») pendant vos périodes d’emploi.

Constitution de la retraite complémentaire

Le montant de votre retraite complémentaire Agirc-Arrco est ensuite calculé à partir des points acquis tout au long de votre carrière de salarié et/ ou cadre dans le secteur privé. Il s’obtient en multipliant tous les points obtenus par la valeur du point au moment où vous partez en retraite. Il pourra être majoré si vous avez des enfants à charge ou si vous avez eu ou élevé au moins trois enfants. Il pourra être minoré si vous ne remplissez pas certaines conditions. Des points pour vos éventuelles périodes de chômage, maladie, ou de congé maternité pourront s’y ajouter.

A tout moment, vous pouvez faire le point sur votre retraite en consultant votre relevé de carrière sur votre espace sécurisé Agirc-Arrco, ou en effectuant une simulation du montant de votre future retraite

Quel calcul de mes points de retraite complémentaire ?

Des salaires aux cotisations

Chaque mois, des cotisations pour la retraite complémentaire Arrco (et éventuellement Agirc si vous êtes cadre) sont prélevées sur votre salaire. Ces cotisations sont calculées par rapport à votre salaire brut. Leur montant est égal à l’assiette des cotisations multipliée par le taux de cotisation.

Des cotisations aux points de retraite

Chaque année, vos cotisations de retraite complémentaire sont transformées en points de retraite. Le nombre de points cumulé est calculé en divisant le montant des cotisations par le prix d’achat du point.

Remarque : vos points de retraite sont conservés sur un compte ouvert au moment de votre première inscription dans une caisse de retraite. Ils sont conservés quels que soient les changements que vous pouvez rencontrer au cours de votre carrière.

Quel calcul du montant de ma retraite complémentaire ?

Des points de retraite au montant de la retraite annuelle brute

  • Si je demande ma retraite complémentaire avant le 1er janvier 2019 : au moment de prendre votre retraite, le total de vos points de retraite (mettre un lien vers l’article «calcul de mes points de retraite complémentaire ») est multiplié par la valeur du point en vigueur. Le résultat de cette multiplication correspond au montant annuel brut de votre retraite complémentaire.

Ce montant peut être augmenté par des majorations familiales (mettre un lien vers l’article « majorations familiales »). Il peut être minoré définitivement si vous ne remplissez pas les conditions pour avoir une retraite complémentaire au taux plein (mettre un lien vers l’article « retraite complémentaire sans avoir le taux plein).

 
  • Si je demande ma retraite complémentaire à compter du 1er janvier 2019 (et suis né à compter du 1er janvier 1957) : un dispositif de minoration / majoration  temporaire est introduit. Le montant annuel brut de votre retraite complémentaire est calculé comme suit :

Ce montant peut être augmenté par des majorations familiales (mettre un lien vers l’article « majorations familiales »). Il peut être minoré définitivement si vous ne remplissez pas les conditions pour avoir une retraite complémentaire au taux plein (mettre un lien vers l’article « retraite complémentaire sans avoir le taux plein). Dans cette situation, le dispositif de minoration /majoration temporaire ne s’applique pas.

 

Du montant de la retraite annuelle brute à son montant net

En fonction de votre situation, des cotisations sociales (assurance maladie, CSG, CRDS…) seront prélevées sur le montant annuel brut de votre retraite complémentaire, à hauteur de ~9%.

Faire le point sur ma retraite

L'Entretien Information Retraite (EIR)

Vous pouvez bénéficier gratuitement d’un entretien personnalisé avec un conseiller retraite pour faire le point sur vos droits à la retraite et affiner votre projet.

L’entretien est interactif et composé de trois phases :

  • L’examen de votre relevé de carrière et de vos droits acquis auprès de l'ensemble des régimes de retraite obligatoires de base et complémentaires
  • La présentation des perspectives d’évolution de ces droits et des dispositifs permettant d’améliorer le montant de votre future retraite
  • Des simulations de l’âge de départ en retraite et du montant potentiel de votre future pension

Pour préparer cet entretien, le conseiller retraite vous fera parvenir gratuitement par courrier votre relevé de carrière ou vous invitera à le consulter sur internet. Vérifiez-le. S’il est incomplet ou inexact, demandez à ce qu’il soit rectifié avant votre entretien.

Pour bénéficier de ce moment privilégié, contactez nous.

Le Relevé de Carrière (RIS)

Le relevé de carrière (RIS) récapitule les droits que vous avez acquis auprès de l'ensemble des régimes de retraite obligatoires de base et complémentaires. Il est accessible à tous les assurés ayant cotisé dans un des régimes de base (CNAV, MSA, IRCANTEC, RSI, etc.) tant qu’ils ne perçoivent pas leur retraite. Il contient, pour chacun des régimes de retraite, la durée d’assurance pour le régime de base de la sécurité sociale sous forme de trimestres, le nombre de points obtenus pour la retraite complémentaire, la valeur annuelle des points Arrco et Agirc, ainsi qu’un certain nombre d’informations complémentaires.

Depuis 2010, votre relevé de carrière vous est envoyé automatiquement et gratuitement par courrier tous les 5 ans lorsque vous atteignez l'âge de 35 ans, puis tous les cinq ans jusqu'à 50 ans où il est remplacé par l’estimation de retraite. Vous pouvez également le consulter en ligne à tout moment sur votre espace sécurisé Agirc-Arrco.

L'Estimation de Retraite

Votre estimation de retraite contient :

  • les informations présentées dans votre relevé de carrière
  • une estimation de vos droits, c’est-à-dire un estimation du montant de votre future retraite à différents âges de départ

Votre estimation de retraite vous est adressée automatiquement et gratuitement par courrier lorsque vous atteignez l'âge de 55 ans, puis tous les cinq ans jusqu'à votre départ en retraite. Vous pouvez également le consulter en ligne à tout moment sur votre espace sécurisé Agirc-Arrco.

Le Simulateur Retraite

Dès maintenant, et tout au long de votre carrière, vous pouvez utiliser gratuitement notre simulateur pour estimer « en 3 clics »  le montant de votre future retraite. Il affichera le montant correspondant aux droits déjà acquis, puis vous proposera plusieurs scenarios de déroulement de carrière.  Cet outil vous permettra de mesurer l’incidence de votre âge de départ et de votre durée de cotisation sur le montant de votre future pension.

Pour des résultats plus précis prenant en compte vos données de carrière sur l’ensemble des régimes, vous pouvez consulter le simulateur sur le site internet Agirc-Arrco.

Mes évènements de carrière et de vie

Impacts des évènements de carrière : Départ à l'étranger

Je suis détaché à l’étranger

Si votre mission à l’étranger est temporaire et que votre entreprise a son siège social en France, vous conservez votre protection sociale française. Vous continuez de cotiser pour votre retraite complémentaire et d’obtenir des points de retraite comme si votre activité s’effectuait en France.

Je suis expatrié à l’étranger

Si votre mission professionnelle hors de France est de longue durée, vous bénéficiez de la protection sociale du pays dans lequel vous travaillez (au même titre que ses ressortissants), que votre entreprise ait son siège social en France ou à l’étranger.

Pour une meilleure protection sociale en tant que salarié expatrié, vous avez la possibilité de conserver tout ou partie de la protection sociale française en souscrivant des assurances volontaires.

Il peut être également intéressant de cotiser au régime français d'assurance chômage.

Attention, ces adhésions ne vous dispensent pas de l’affiliation au régime de protection sociale du pays dans lequel vous vous expatriez.

Pour en savoir plus: http://www.cleiss.fr

Impact des évènements de carrière : Chômage

Vous obtiendrez des points de retraite si vous remplissez les deux conditions suivantes :

  • La période de chômage doit suivre une période pour laquelle vous avez obtenu des points de retraite (périodes d'activité salariée dans le secteur privé ou périodes d'incapacité de travail indemnisées par le régime de base)
  • Vous devez être indemnisés par Pôle Emploi et bénéficier d’une allocation précise (ARE, ASR, ASP, ASS, ASFNE, …)

En cas de chômage partiel, vous pourrez également obtenir des points de retraite si vous êtes indemnisés par votre employeur et que la durée «chômée » est d’au moins 60 heures.

Impacts des évènements de carrière : Changement de situation professionnelle / formation

Je change d’employeur, d’emploi ou de qualification

Cela peut entraîner un changement de caisse Arrco ou Agirc. Dans ce cas, ce changement est sans conséquence sur les droits que j’ai déjà obtenus. Les droits nouveaux s’ajouteront aux droits inscrits auparavant. Mes droits à la retraite sont également préservés en cas de disparition de l’entreprise qui m’employait.

Je suis en apprentissage – je travaille pendant les vacances

Dans ce cas, j’ai un statut de salarié. En conséquence, je suis affilié, comme tout autre salarié, à des caisses de retraite complémentaire, et je suis susceptible de percevoir des gratifications.

Je fais un stage pratique en entreprise

Dans ce cas, je suis affilié à des caisses de retraite complémentaire (et susceptible de percevoir des gratifications) si et seulement si je suis titulaire d’un véritable contrat de travail. Pour cela, l'école ou l'université doit avoir conclu une convention de stage avec l’entreprise où j’effectue mon stage.

Impacts des évènements de vie : Maternité, paternité, adoption

Vous obtiendrez des points de retraite sans contrepartie de cotisation si vous remplissez les trois conditions suivantes :

  • Etre affilié à une caisse de retraite complémentaire au moment de l’arrêt du travail
  • Avoir un arrêt de travail d’une durée supérieure à 60 jours consécutifs
  • Bénéficier des indemnités journalières de l’assurance maternité

De plus, les régimes Arrco et Agirc accordent, sous certaines conditions, des majorations de retraite (mettre un lien vers l’article « majoration pour enfants ») lorsque vous avez des enfants.

Impacts des évènements de vie : Maladie, décés

Je suis en arrêt de travail pour maladie, invalidité ou accident du travail

Vous obtiendrez des points de retraite sans contrepartie de cotisation si vous remplissez les trois conditions suivantes :

  • Etre affilié à une caisse de retraite complémentaire au moment de l’arrêt du travail
  • Avoir une incapacité de travail d’une durée supérieure à 60 jours consécutifs
  • Bénéficier d’une des prestations suivantes :
  • Prestations temporaires : indemnités journalières au titre de l’assurance maladie, indemnités journalières allouées en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle
  • Prestations permanentes : pension d’invalidité attribuée par la Sécurité sociale correspondant à un taux d'incapacité des deux tiers au moins, rente d’accident du travail ou de maladie professionnelle correspondant à un taux d’incapacité des deux tiers au moins

En cas de décès

Lorsqu'un salarié ou retraité décède, une part de sa retraite complémentaire est susceptible d’être versée à un ou plusieurs bénéficiaires (ses ayants droit):

  • Les conjoints : la veuve ou le veuf et, le cas échéant, l’ex-conjointe ou les ex-conjointes, l’ex-conjoint ou les ex-conjoints,
  • Les orphelins des deux parents.

A la différence de la retraite de base de la sécurité sociale, la pension de réversion de la retraite complémentaire est attribuée sans condition de ressources. Elle est définitivement supprimées en cas de remariage.

Je suis en arrêt de travail pour maladie, invalidité ou accident du travail

  • Obtention de ses droits : en cas de prestations temporaires, vous n’avez pas besoin de communiquer de justificatifs à votre caisse de retraite. Celle-ci s’appuie sur les périodes d’arrêts de travail déclarées par votre employeur pour vous attribuer les points de retraite. En cas de prestations permanentes, vous devez transmettre par vous-même à votre caisse de retraite les justificatifs de prise en charge par la Sécurité sociale des périodes d’incapacité de travail.
  • Durée d’attribution des points : l’attribution des points de retraite au titre de la maladie est sans condition de durée. Néanmoins, elle cesse pour les salariés qui obtiennent la retraite du régime de base pour inaptitude au travail. En cas d’accident du travail ou d’une maladie professionnelle, l’attribution des points cesse lorsque le taux d’incapacité du salarié devient inférieur à 50% ou lorsque l'âge de 65/67 ans est atteint.
  • Calcul du nombre de points : les points de retraite attribués pendant votre arrêt de travail sont calculés sur la base de ceux obtenus au cours de l’année précédant celle de l’interruption de travail. Cette année n-1 est considérée comme une période de référence. La caisse de retraite attribuera des points pour chaque jour indemnisé. Pour cela, elle calcule une moyenne journalière en divisant le nombre de points par le nombre de jours de la période de référence. À noter : le nombre de points cotisés ajoutés aux points attribués pour la période d’arrêt de travail ne doit pas être supérieur aux points obtenus pendant l’année de référence. Dans le cas contraire, les points attribués pour la période d’incapacité de travail sont attribués de façon à ne pas dépasser cette limite.

Les conditions de départ en retraite

Quelles conditions pour partir en retraite ?

Pour bénéficier de la retraite complémentaire, il est nécessaire d'avoir cessé son activité professionnelle salariée ou non salariée ou de ne plus être indemnisé au titre de périodes de chômage, de maladie ou d’invalidité.

Dérogations : il est possible d’obtenir sa retraite complémentaire tout en poursuivant certaines activités salariées spécifiques (ex: emplois d’assistante maternelle, de tierce personne auprès d’une personne âgée ou handicapée, ...) ou dans le cadre de la retraite progressive.

Vous pouvez obtenir votre retraite complémentaire à taux plein si vous remplissez les conditions du taux plein auprès du régime de base :

1er cas - retraite avec condition de durée et/ou de situation:

  • Vous avez atteint l'âge légal compris entre 60 et 62 ans (en fonction de votre génération) et vous justifiez du nombre de trimestres requis pour bénéficier de votre retraite de base au taux plein
  • Vous avez obtenu votre retraite de base au taux plein en raison d’une situation d’handicap, d’une carrière longue, de l’inaptitude au travail ou d’une autre situation particulière.

2ème cas - retraite sans condition de durée et/ou de situation:  vous avez atteint un âge minimum compris entre 65 et 67 ans (en fonction de votre génération).

Dans le cas où je demande ma retraite complémentaire à compter du 1er janvier 2019 (et suis né à compter du 1er janvier 1957)

Un nouveau dispositif de minoration/majoration temporaire s’applique au montant de votre retraite complémentaire. Ce dispositif est destiné à encourager la poursuite de l’activité au-delà de l’âge auquel les conditions sont remplies pour bénéficier de la retraite à taux plein auprès du régime de base

 

Et si je veux une retraite progressive ?

Principe

Dans le cadre de la retraite progressive, il est possible d'exercer un travail à temps partiel tout en percevant une fraction du montant de sa retraite de base et complémentaire (mettre un lien vers l’article « calcul du montant de ma retraite complémentaire »). Pendant cette période, vous continuez d’obtenir des trimestres d'assurance et des points de retraite complémentaire en contrepartie des cotisations prélevées sur votre salaire à temps partiel. Avec l'accord de votre employeur, vous pouvez cotiser à la retraite complémentaire sur la base du salaire correspondant à un taux plein à condition que vos cotisations  d'assurance vieillesse soient bien calculées sur cette base.

Conditions

  • Avoir atteint au moins l'âge de 60 ans
  • Totaliser un nombre de trimestres d'assurance égal à 150 trimestres et plus
  • Exercer une activité à temps partiel chez un seul employeur. La durée de l'activité doit correspondre au minimum à 40% de la durée légale ou conventionnelle du temps de travail dans l'entreprise, et au maximum à 80%
  • Bénéficier, au titre de la retraite progressive, de la retraite de l'assurance retraite ou de la MSA

Montant

Le montant de la retraite progressive correspond à une fraction du montant de la retraite de base et complémentaire. Elle est calculée en tenant compte du rapport entre la durée du travail à temps partiel et la durée du travail à temps plein dans l'entreprise.

Par exemple si la durée du travail à temps partiel d'un salarié correspond à 55% de la durée du travail à temps plein dans l’entreprise, le salarié percevra 45% du montant de sa retraite de base et complémentaire.

L'essentiel à connaitre sur la pension de réversion

Principe

Lorsqu'un salarié ou retraité décède, une part de sa retraite complémentaire est susceptible d’être versée à un ou plusieurs bénéficiaires (ses ayants droit) :

  • Les orphelins des deux parents
  • Les conjoints (la veuve ou le veuf et, le cas échéant, l’ex-conjointe ou les ex-conjointes, l’ex-conjoint ou les ex-conjoints)

A la différence de la retraite de base de la sécurité sociale, la pension de réversion de la retraite complémentaire est attribuée sans condition de ressources.

 

Conditions d’attribution – conjoints

  • Le mariage : la pension de réversion est attribuée à condition d’être ou d’avoir été marié avec la personne décédée. En cas de remariage, la pension de réversion n’est pas attribuée. Si la pension de réversion était versée avant le remariage, elle sera alors supprimée. Le concubinage et le Pacs ne donnent pas droit à la pension de réversion.
  • L’âge : la pension de réversion peut être versée sans condition d’âge si l'ayant droit a 2 enfants à charge au moment du décès ou s’il est en situation d’invalidité. Elle peut être versée avec condition d’âge, qui sont les suivantes :
  • Avoir 55 ans au moins pour la réversion Arrco
  • Avoir 60 ans au moins pour la réversion Agirc. Cet âge peut être avancé à 55 ans. Dans ce cas, la pension de réversion Agirc est minorée sauf si l’intéressé bénéficie de la pension de réversion du régime de base.

 

Montant – conjoints

Le montant de la pension de réversion est égal à 60 % du montant de la retraite complémentaire du salarié ou retraité décédé, sans qu’il soit tenu compte du coefficient dit « d'anticipation » qui ait pu la minorer. Il peut être augmenté par des majorations familiales. Dans le cas où la personne décédée était retraitée, le montant de la pension de réversion ne pourra être supérieure au montant de sa retraite.

 

Conditions d’attribution – orphelins des deux parents

La pension de réversion peut être versée sans condition d’âge si l'ayant droit est en situation d’invalidité et que celle-ci a été reconnue avant 21 ans. Elle peut être versée avec condition d’âge, qui sont les suivantes :

  • Etre âgé de moins de 21 ans au moment du décès du dernier parent
  • Ou, pour l'Arrco, être âgé de moins de 25 ans et à la charge du dernier parent au moment de son décès

La pension de réversion est supprimée lorsque l’orphelin atteint l’âge de 21 ans ou 25 ans (voire avant cet âge, s’il n’est plus étudiant, apprenti ou demandeur d’emploi non indemnisé), s’il n’est plus invalide ou s'il fait l'objet d'une adoption plénière.

 

Montant – orphelin des deux parents

L’orphelin peut bénéficier d’une pension de réversion au titre de chaque parent. Pour chaque orphelin, le montant de la pension de réversion Arrco est égal à 50 % du montant de la retraite complémentaire du parent décédé (versus 30% pour la pension de réversion Agirc).

 

Point de départ du versement de la pension de réversion

Si la personne décédée était salariée :

  • Le point de départ est fixé au premier jour du mois civil qui suit le décès lorsque les conditions requises sont remplies à la date du décès. Si elles ne le sont pas à cette date, le point de départ est fixé au premier jour du mois civil qui suit celui où les conditions sont remplies.
  • La demande doit être déposée dans les douze mois qui suivent le décès ou la date à laquelle les conditions sont remplies.

Si la personne décédée était retraitée :

  • À partir de 2014, le point de départ est fixé au premier jour du mois civil qui suit le décès (sauf si le retraité percevait une retraite trimestrielle ou annuelle).
  • La demande doit être déposée dans les douze mois qui suivent le décès ou la date à laquelle les conditions sont remplies.

 

Démarches

Le bénéficiaire peut s’adresser à la caisse de retraite de la personne décédée ou au CICAS.

Demander ma retraite

Comment demander ma retraite ?

La retraite n’est pas attribuée automatiquement : il faut la demander. Nous vous conseillons d’engager les démarches quatre à six mois environ avant la date de départ en retraite souhaitée (la « date d’effet » de votre retraite). Celle-ci ne peut être antérieur à la date à laquelle les conditions pour l'obtenir sont remplies.

Vous devrez faire votre demande de retraite auprès du régime de base et auprès du régime de retraite complémentaire. Pour faire valoir vos droits à la retraite complémentaire Arrco et, si vous êtes cadre, Agirc, vous pouvez contacter un conseiller retraite ou effectuer vos démarches directement en ligne sur votre espace sécurisé Agirc-Arrco.

Dans le cas où vous résidez dans un pays de l'EEE

Si vous avez exercé une activité salariée en France, votre demande de retraite doit être déposée auprès de l’organisme de retraite de l’État de votre résidence. Le dossier constitué est transmis au régime de retraite de base français qui envoie une copie à l’Agirc et à l’Arrco. Le Service coordination européenne de l’Agirc et l’Arrco enregistre alors votre demande de retraite complémentaire. Vous recevez par courrier un dossier à compléter et à renvoyer. A réception, ce dossier est transmis à votre caisse Arrco et, le cas échéant, à votre caisse Agirc, pour le calcul et le paiement de votre retraite complémentaire.

Quel est le délai moyen de traitement d'une demande ?

Il est important de contacter un CICAS dans les 6 mois avant la date à laquelle vous souhaitez partir à la retraite.

Quelles pièces justificatives sont nécessaires pour faire ma demande de retraite ?

Commencez à assembler dès maintenant les documents nécessaires à la constitution de votre dossier de demande de retraite. Il vous sera notamment demandé de renseigner l’ensemble de vos périodes de carrière, et de joindre des pièces justificatives complémentaires :

  • Photocopie de votre carte d’identité ou de votre passeport en cours de validité,
  • Attestation de droits à l’assurance maladie,
  • Photocopie de votre dernier avis d’imposition sur le revenu,
  • Relevé d’identité bancaire ou de caisse d’épargne,
  • Et pièces justificatives pour enfants à charge, nés ou élevés.

Comment suivre l'avancement de ma demande de retraite complémentaire ?

Une fois votre demande de retraite complémentaire déposée, vous pouvez suivre son avancement sur le site internet Agirc-Arrco ou l'application mobile Agirc-Arrco, "Smart' Retraite". L'avancement se compose de 4 étapes :

  1. La constitution de mon dossier  : le service auprès duquel vous avez effectué votre demande de retraite recense et réceptionne les documents nécessaires à l’étude de votre dossier.
  2. L’étude de mon dossier : la caisse de retraite en charge du paiement de votre retraite étudie votre dossier pour déterminer le montant de retraite qui vous sera versé. Dans ce cadre, elle peut-être amenée à vous demander des documents complémentaires sur votre carrière.
  3. Paiement provisoire : si cela est possible, lorsqu’il manque des documents ou informations sur votre carrière et que la date de départ en retraite souhaitée approche, votre caisse de retraite calcule un montant provisoire de retraite. Cela vous permet d’obtenir un versement même si votre dossier est toujours en cours d’étude. Si vous avez droit à plusieurs types de retraite (ex : une retraite Arrco et une retraite Agirc), il est possible que vous ayez une retraite en paiement provisoire et une autre en paiement définitif; en effet, nous pouvons être en attente d’informations sur une période ne concernant qu’une seule de vos retraites.
  4. Paiement définitif : l’étude de votre dossier est terminée et le montant de votre retraite calculé. Le paiement de votre retraite interviendra sous peu. Vous recevrez également votre dossier finalisé comprenant notamment votre décompte de paiement.

Quelle est la différence entre date d'effet et date de dépôt de la retraite?

Date d"effet de la retraite complémentaire

Le point de départ ou date d'effet de la retraite complémentaire est fixé au premier jour du mois civil qui suit le dépôt de la demande, sauf avis contraire de votre part.

Date de dépôt de la retraite complémentaire

  • La date à laquelle vous avez pris contact avec le CICAS pour demander votre retraite
  • La date à laquelle vous avez envoyé votre demande de retraite dématérialisée via Internet

Où demander ma retraite si je réside à l'étranger ?

Vous résidez dans un pays de l'Espace Economique Européen (EEE)

Si vous avez exercé une activité salariée en France, votre demande de retraite doit être déposée auprès de l’organisme de retraite de l’État de votre résidence. Le dossier constitué est transmis au régime de retraite de base français qui envoie une copie à l’Agirc et à l’Arrco. En cas de droits Ircantec, l'Agirc Arrco transmet votre dossier à ce régime.

L’Agirc Arrco enregistre votre demande de retraite complémentaire. Vous recevez par courrier un dossier à compléter et à renvoyer. A réception, ce dossier est transmis à votre caisse Arrco et, le cas échéant, à votre caisse Agirc, pour le calcul et le paiement de votre retraite complémentaire.

Pour plus d'informations, http://www.agirc-arrco.fr/particuliers/demander-retraite/demarches/

 

Vous résidez dans un pays en dehors de l'Espace Economique Européen

Vous avez exercé une activité salariée en France et souhaitez faire valoir vos droits à retraite complémentaire Arrco et, si vous êtes cadre, Agirc.  Vous pouvez adresser votre demande à :


Centre de Gestion CICAS
Résidents Hors de France
45805 Saint-Jean de Braye Cedex
France

 

ou par mail à http://www.centregestionRHF@agirc-arrco.fr

 

L’Agirc Arrco enregistre votre demande de retraite complémentaire. Vous recevez par courrier un dossier à compléter et à renvoyer. A réception, ce dossier est transmis à votre caisse Arrco et, le cas échéant, à votre caisse Agirc, pour le calcul et le paiement de votre retraite complémentaire.

Vivre ma retraite

Si ma situation change

Adresse

Si vous déménagez, n’oubliez pas d’avertir vos caisses de retraite complémentaire Agirc et Arrco et de leur signaler votre nouvelle adresse sur Internet, par courrier, téléphone, courriel, fax, ou en vous rendant à l’un de leurs points d’accueil.

Coordonnées bancaires

Si vous changez de coordonnées bancaires, n’oubliez pas de faire parvenir à vos caisses de retraite complémentaire Agirc et Arrco un relevé d’identité bancaire, postal ou de caisse d’épargne précisant votre nouveau numéro de compte.

Versement à un tiers

Les caisses de retraite complémentaire acceptent de verser les retraites sur le compte bancaire, postal ou de caisse d’épargne d’un tiers s’il s’agit d’une personne morale désignée par mandat, tels les maisons de retraite, les établissements de soins… Elles refusent, en revanche, de verser les retraites sur le compte d’un tiers qui est une personne physique, à l’exception des cas de mise sous tutelle ou curatelle.

Situation

Retraité, vous reprenez une activité salariée : n’oubliez pas d’en aviser votre caisse de retraite. Vous avez la possibilité de cumuler votre retraite (mettre un lien vers l’article « retraite progressive ») avec un salaire sans limite de revenus, à condition d’avoir obtenu votre retraite de base au taux plein et d’avoir fait liquider toutes vos retraites personnelles obligatoires en France et à l’étranger.

Si vous percevez une pension de réversion (mettre un lien vers l’article « pension de réversion »), prévenez votre caisse de retraite en cas de remariage.

Les versements de ma pension de retraite

Versement de votre pension de retraite

Votre caisse de retraite vous enverra au cours du mois de votre départ à la retraite :

  • La notification de retraite complémentaire, qui indique la date de votre départ à la retraite ;
  • Le récapitulatif de votre carrière, qui recense l’ensemble de vos périodes d’emploi comme salarié du secteur privé ;
  • Le décompte de paiement, qui mentionne le montant net mensuel de votre retraite complémentaire, et vous indique le numéro de compte bancaire sur lequel elle sera versée.

Votre retraite complémentaire vous sera versée par avance au début de chaque mois. Le calendrier des paiements est consultable sur www.agirc-arrco.fr.

Remarque : le montant de votre retraite complémentaire évolue en fonction de la valeur du point Agirc et Arrco, fixée chaque année (à effet du 1er novembre) par les partenaires sociaux.

Paiement à l’étranger

Les retraités qui n’ont pas leur compte bancaire domicilié en France (métropole ou outre-mer) ou dans un État européen reçoivent leur retraite chaque trimestre, sauf s’ils demandent à bénéficier d’un versement mensuel.

Les prélèvements sociaux et impôts sur le revenu

Le montant brut annuel de votre retraite complémentaire correspond au total des points Arrco ou Agirc, obtenus tout au long de votre carrière, multiplié par la valeur du point en vigueur au moment de votre départ. Le montant net de votre retraite complémentaire correspond à son montant brut après déduction des prélèvements suivants :

  • 1 % de cotisation assurance maladie;
  • 6,6 % de CSG ;
  • 0,5 % de CRDS ;
  • 0,3 % de contribution de solidarité pour l’autonomie.

Ces prélèvements sociaux sur votre retraite complémentaire sont effectués par votre caisse de retraite pour le compte de l’assurance maladie et de l’État.

Votre caisse de retraite est tenue d’informer l’administration fiscale des sommes qu’elle vous a versées. Vous recevez ainsi une déclaration de revenus pré-remplie. Vous pouvez consulter les montants déclarés sur l’espace personnel du site Internet de votre caisse de retraite, ou, sur demande, elles peuvent vous être envoyées par courrier ou par mail.  

Sommes imposables et sommes déductibles

Les retraites complémentaires (y compris les majorations pour enfants) sont soumises à l’impôt sur le revenu. La cotisation d’assurance maladie est déductible du revenu imposable. La CSG (6,6 %) se décompose en une part déductible de 3,8 % ou de 4,2 % du revenu imposable. La part de CSG au taux de 2,4 %, la CRDS et la contribution de solidarité pour l’autonomie ne sont pas déductibles.

Exonérations de paiement

Les caisses de retraite appliquent les exonérations décidées par les pouvoirs publics. Sous certaines conditions, vous pouvez être exonérés de la cotisation assurance maladie, de la CSG, de la CRDS et de la contribution de solidarité pour l’autonomie. Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite.

Retraités résidant à l’étranger

Vous résidez à l’étranger et vous n’êtes pas domicilié fiscalement en France. Dans ce cas, votre caisse de retraite effectuera une retenue à la source, sauf s’il existe une convention fiscale entre l’État où vous résidez et la France.

L'action sociale, c'est quoi ?

Le service d’action sociale de votre caisse de retraite est là pour vous écouter, vous conseiller et vous orienter dans les démarches auprès des différents organismes ou partenaires des caisses de retraite. L’action sociale s’adresse aux :

Aidants familiaux

  • Afin d'éviter l'épuisement physique et moral des aidants et retarder le plus possible l'entrée en structure collective de la personne dépendante, l’Agirc et l’Arrco ont mis en place 2 différentes solutions de répit : Allo’Alzheimer ou le projet Vacances Répit Familles (village de vacances intégrant une structure médico-sociale). La mission Ecoute, conseil, orientation (ECO) Hébergement propose des services personnalisées, souvent à caractère non financier, pour les personnes qui se retrouvent confrontées à une situation pouvant remettre en cause leur autonomie à domicile

Seniors en situation de fragilité

  • L’Aide à domicile momentanée permet d’intervenir auprès de personnes qui ne bénéficient pas d’une aide régulière mais qui sont confrontées à une difficulté susceptible, à terme, de les fragiliser durablement. Elle peut prendre la forme d’une aide au ménage, à la toilette, aux courses, à la préparation de repas, etc.
  • La prestation « Sortir Plus », met à la disposition des bénéficiaires un accompagnateur, véhiculé ou non, pour leur permettre d’aller faire des courses ou en promenade, de se rendre chez des amis, à la banque, chez le coiffeur, etc., favorisant ainsi la mobilité et le lien social, facteurs d’un vieillissement réussi.
  • Diagnostic « Bien chez Moi » : Un ergothérapeute se rend au domicile du bénéficiaire afin d’identifier les difficultés rencontrées au domicile, d’analyser les risques (de chute par exemple), et de suggérer des solutions pratiques adaptées à ses habitudes de vie et à son environnement pour améliorer son confort et sa sécurité.
  • Je me rends à l'Espace Idées Bien chez moi : un appartement témoin où découvrir des aménagements astucieux et des solutions simples et efficaces pour rendre votre logement plus sûr et confortable.
  • Je me renseigne sur les résidences Agirc-Arrco (50 structures en France métropolitaine, près de 8 000 places).

Personnes en situation de handicap

  • Les caisses Agirc et Arrco participent, en liaison avec le CCAH, à la création de structures adaptées comme les établissements et services d’aide par le travail (ESAT), les maisons d’accueil spécialisées (MAS), les foyers d’hébergement.